Accueil > Découverte du vin > La chaptalisation, du sucre dans le vin

La chaptalisation, du sucre dans le vin

La chaptalisation consiste à ajouter du sucre de betterave ou de  canne au moût de raisin pour augmenter le degré d'alcool final du vin. Décryptage de ce procédé strictement encadré.

Cave à vin

L'ajout de 17 grammes de sucre par litre conduit à la production d'un degré d'alcool supplémentaire. En Europe, ce procédé est surtout utilisé dans les régions septentrionales, là où les conditions climatiques limitent la formation naturelle de sucre dans le raisin. Il fait l'objet d'une réglementation précise.

Lors de la vinification, la chaptalisation est parfois remplacée par certaines techniques d'auto-enrichissement. La plus répandue est incontestablement l'osmose inverse. Cette technique consiste à soustraire au moût une certaine quantité d'eau pour favoriser la concentration des autres composés.

La chaptalisation est pratiquée en France depuis le début du 19e siècle. Le chimiste Jean-Antoine Chaptal inventa le procédé en 1801 pour augmenter le degré alcoolique des vins et en même temps améliorer leur conservation. Il l'a décrit dans son ouvrage : L'art de faire, de gouverner et de perfectionner les vins. Un titre bien trouvé pour celui qui fut un temps ministre de l’Intérieur sous Napoléon 1er.

La chaptalisation est un procédé légal en France, mais strictement encadré. Les vignerons de Beaujolais, actuellement poursuivis pour pratiques illicites, en font les frais actuellement. L’Union Européenne, quant à elle, n’approuve pas cette pratique qu’elle souhaiterait limiter au maximum.

Consultez la liste des vins en vente actuellement.

Voir aussi les articles suivants :

Les travaux de la vigne

Les travaux dans les chais

Un an dans la vigne

Ces informations sont la propriété d’iDealwine, elles sont protégées par un copyright qui en interdit la réutilisation.